Warning: call_user_func_array() expects parameter 1 to be a valid callback, function 'wp_enqueue_emoji_styles' not found or invalid function name in /home/clients/e59542ddfefa5f2dc47cfc9c1ed02f75/web/nutriterapie/wp-includes/class-wp-hook.php on line 324

Warning: call_user_func_array() expects parameter 1 to be a valid callback, function 'wp_enqueue_block_template_skip_link' not found or invalid function name in /home/clients/e59542ddfefa5f2dc47cfc9c1ed02f75/web/nutriterapie/wp-includes/class-wp-hook.php on line 324
Additifs alimentaires quels sont les plus controversés
Warning: call_user_func_array() expects parameter 1 to be a valid callback, function 'wp_print_font_faces' not found or invalid function name in /home/clients/e59542ddfefa5f2dc47cfc9c1ed02f75/web/nutriterapie/wp-includes/class-wp-hook.php on line 324

Reconnaître les additifs alimentaires les plus controversés

De plus en plus d’études et d’enquêtes à l’initiatives de l’Agence Européenne de sécurité des aliments, de l’Organisation Mondiale de la Santé, du Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC), d’associations de consommateurs, d’ONG, de journalistes… remettent en cause l’innocuité des additifs. Ces études révèlent qu’il y a des additifs inoffensifs pour la santé, des additifs avec polémiques et des additifs dangereux pour la santé. L’UFC que choisir à réaliser une revue listant les données scientifiques sur les risques éventuels de ces différents additifs alimentaires.

Il les a classés :

  • De vert pour les additifs qui sont d’une parfaite innocuité,
  • A orange pour les additifs peu recommandables,
  • Jusqu’à rouge pour les additifs à éviter.

L’UFC que choisir a dénombré 87 additifs qui sont peu recommandables, voire à éviter, ce qui représente près d’un quart des additifs. Consommés en trop grande quantité (non-respect de la Dose journalière autorisée DJA par accumulation et effet cocktail), ces additifs sont soupçonnés de provoquer des allergies, des maux de tête, des dérèglements du métabolisme, d’avoir des effets génotoxiques et/ou cancérigènes. Voici quelques-uns des additifs à éviter parmi ceux listés par UFC que choisir.

Retrouvez la liste complète :

Voici les additifs les plus controversés

  •  Les nitrates et nitrites (E249, E250, E251, E252) sont des conservateurs très utilisés dans les charcuteries. Ils sont associés à des risques accrus de cancer du côlon et de l’estomac. Ils sont utilisés pour inhiber la germination des spores de Clostridium botulinum et donner une couleur rose. Les nitrates sont non toxiques et les nitrites peu toxiques. Mais l’action des nitrites sur les amines en milieu acide (dans l’estomac) forment les nitrosamines qui ont un effet cancérigène. Une étude réalisée par le Centre International de la Recherche pour le cancer (CIRC) en 2015 arrive à la conclusion que chaque portion de 50 grammes (équivalent à 1 Knacki et demi ou un peu plus d’une tranche de jambon) de viande transformée consommée quotidiennement accroît le risque de cancer colorectal de 18%. La vitamine C inhibe cette formation de nitrosamines dans l’estomac. Il est donc recommandé d’associer des fruits et légumes riches en vitamine C à la consommation de charcuterie. 

Foodwatch, Yuka et la ligue contre le cancer s’associent pour exiger une alimentation sans nitrite ajoutés. Une pétition est actuellement en ligne sur 
En savoir +

  •  L’OMS soupçonne le 4-méthylimidazoïde, présent dans le colorant de caramels (E150c ou E150) d’être cancérogène. On le retrouve dans les sodas, les thés glacés, le whisky, les vinaigres balsamiques, les bières ambrées, les sauces soja.
  •  Les additifs émulsifiants carboxyméthylcellulose (E466) et polysorbate-80 (E433) utilisés pour stabiliser les émulsions et mousses, et pour empêcher les sauces de tourner sont suspectés de perturber l’intégrité du mucus intestinal (mécanisme de protection contre des bactéries de la flore intestinale) et de générer des réactions inflammatoires à l’origine de dysfonctionnements métaboliques et de maladies chroniques telles que la maladie de Crohn, les colites….
  • Les colorants azoïques présents dans les confiseries (E102, E104, E110, E122, E124, E129) sont suspectés dans l’hyperactivité chez l’enfant.
  • Des chercheurs de l’University of Central Florida ont découvert comment des niveaux élevés d’acide propionique (E281, E282, E283), utilisés pour augmenter la durée de conservation des aliments emballés et inhiber la moisissure dans le fromage industriel et le pain, réduisent le développement des neurones du cerveau du fœtus. L’acide propionique aurait un lien entre certaines formes d’autisme et les bactéries du microbiote. 
  • Le glutamate de sodium (E261), présent dans de nombreux produits industriels comme les soupes, accélérerait le vieillissement des cellules du cerveau.
  • Les sulfites (E220 à E228) présents dans de nombreux produits dont le vin blanc provoquent maux de crâne et allergies.
  • L’acide phosphorique (E338) très utilisé dans les colas et les fromages industriels acidifie l’organisme ce qui peut entraîner beaucoup de conséquences néfastes dont une décalcification.
  • Les sirops de glucose et fructose (isoglucose, HFCS) peuvent provoquer des lésions au foie, des dyslipidémies et favoriser l’apparition de diabète de type 2.
    Sans oublier toutes ces années de débat sur l’utilisation de l’aspartame (E951), également dissimulée sous les dénominations E260, E261, protéines hydrolysées, extraits de levure… Une étude de l’institut Ramazzini de Bologne, publiée en décembre 2012 dans « The American Journal of Industrial Medicine » conclut que l’aspartame est impliqué dans la genèse de certains cancers du foie et du poumon. Une autre étude menée sur 60 000 femmes enceintes et publiée en 2010 dans la revue « The American Journal of Clinical Nutrition » conclut que l’absorption régulière de boissons gazeuses à l’aspartame augmente le nombre d’accouchement prématurés. D’après des chercheurs de l’Université de Madrid les effets de l’aspartame sur l’organisme vont à l’opposé des avantages escomptés. L’aspartame déclencherait une sensation de faim en irritant les parois de l’intestin et en inhibant les neurones impliqués dans la satiété ce qui augmenterait de 40% les prises alimentaires quotidienne. L’Anses (Agence National de Sécurité Sanitaire de l’Alimentation, de l’Environnement et du Travail) souhaite mettre en place un groupe de travail qui aura pour mission d’approfondir ces évaluations, et adapter des recommandations pour les populations qui seraient qualifiées de sensibles au cours des tests.

A lire :
« Additifs alimentaires, danger » aux éditions Chariot d’or de Corinne Gouget
« Nouveau guide des additifs alimentaires » aux éditions Thierry Souccar de Anne-Laure Denans
Sources :

https://www.quechoisir.org

https://www.foodwatch.org

https://www.anse.fr/fr

https://www.observatoire-des-aliments.fr

https://www.lsa-conso.fr

https://www.marieclaire.fr

https://www.efsa.europa.eu

https://www.cerin.org